Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 mars 2010 7 07 /03 /mars /2010 17:27

Je devrais plutôt dire notre initiation car Reta et 95 petites filles m’accompagnaient.

  Janvier 2010 b 010Eras Masanga 877















 

 

C'est quoi les femmes Bondos ? C’est une société de femmes très renommées et puissantes en Sierra Leone. La majorité des femmes du pays en font partie. Elles se rassemblent, pour faire des cérémonies secrètes ou des fêtes comprenant de multiples enseignements sur la vie ainsi que des chants, de la musique et des danses traditionnels et...l'excision.

Mais ce n’est pas seulement ça. Il y a aussi tout un côté spirituel et magique ainsi que beaucoup de superstition. Vrai ou non ça ne donne pas envie de trop plaisanter avec. 


Eras-Masanga-887.jpgJanvier 2010 b 015














 

 

 

C’est quoi une initiation Bondos ?

C’est rentrer dans la forêt sous bonne garde et en ressortir seulement le jour décidé par les Sowés, les grandes cheffes et exciseuses.  Pas tout le monde peut-être Sowé. Il faut être reconnue comme telle et suivre un long enseignement. Nous avons eu l’honneur d’être initié par la plus grande du district : Na Sokoh Fornah. Une femme à vous couper le souffle de par sa puissance.


Eras-Masanga-589.jpgLes diverses cérémonies qui y sont pratiquées sont secrètes et de toute façon on n’a même pas envie d’en parlé en sortant. L'une d’elle est l’excision qui est une « marque » de passage, le fait de devenir une vraie femme ou d'être pur ou sérieuse ?
Certain l’appelle circoncision ce qui me fait penser qu’un jour il y a peut-être eu une  dérive.  La circoncision féminine devrait alors être l’ablation du capuchon de clitoris et non de tout l’organe…

Une autre cérémonie est le bain du matin dans la rivière que j’appréciais beaucoup car rafraichissant et dépoussiérant.

Il y a aussi des séances de purification. On laissera tous nos habits souillés aux mains des cheffes.

 



Enduites de craies le dernier matin nous défileront dans le village puis après un dernier bain nous nous feront toutes très belles pour retrouver nos familles.

Janvier-2010-b-210.jpg
Notre initiation c’est donc faite SANS la cérémonie de l’excision.

Nous avons reçu un nom particulier : je m’appelle Chéma Ruko car entrée la première et Reita s’appelle Chéma Burrah car la deuxième. Chaque petite fille a un nom selon les traits de son visage.

 

Durant les cérémonies les grandes initiatrices recouvrent leur tête d’un tissu rouge et blanc, signe de reconnaissance. 


Nous pouvons maintenant prendre part à toutes les cérémonies Bondos de la région (sauf dans les cases ou se pratique l'excision) ce qui veut dire que nos petites filles ne seront pas exclues de la société et ceci sans être excisée.
 

Il semblerait que les autorités interdisent maintenant l’excision avant 18 ans (ça c’est un truc des diverses ONG) car pour moi c’est JAMAIS. Je n'ai encore rien trouvé d'officiel et de toute façon il faudra du temps jusqu’à ce que la loi soit vraiment appliquée. 

Janvier 2010 b 195
Notre initiation aura donc plus de poids que je ne l’avais prévu car si les grandes cheffes ont compris le message elles pourront continuer légalement leurs cérémonies en omettant juste la pratique de l’excision. Elles garderont ainsi leur statut de femmes honorées ou de prêtresse, leur gagne pain (et ça coute des cérémonies de ce genre) et le pays ne perdra pas une tradition ancestrale qui pour ma part est magnifique et importante. Et en prime, le plus important pour moi : les petites filles garderont leur intégrité ce qui est le but principal de ce programme.

 


Eras-Masanga-939.jpg
 



Ya Sampa, la cheffe des Bondos de Masanga (au milieu) a tout organisé pour nous, moyennant finance bien entendu. C’est la dernière cérémonie qu’elle a présidé car en mars elle va « se laver les mains » terme pour dire qu’elle perdra son statut et reprendra son nom de naissance. La raison ? Les Sowés n’ont pas le droit à des funérailles dignes.
 





Ce n'est qu'un début mais ça va plus vite que je ne le pensais. Un homme de là-bas m'a dit que dans 10 ans il n'y aurait plus d'excision dans les environs. Je l'espère bien mais en attendant je continue à accepter le maximum de petites filles afin de leur éviter d'être mutilée.

Vous trouverez des petits visages sur la rubrique "des petites filles à parrainer". Merci de vous joindre à nous et merci à Reita pour son enthousiasme et son soutien.

 

Eras-Masanga-005.jpg


Mais voici d'autres infos sur ce voyage qui dura 6 semaines. Reta
m’a accompagné ainsi qu’Erasmus, un jeune hongrois. Nous sommes partis avec des kilos de bagages, surtout des jeux et du matériel scolaire pour l’école.  









Ils ont tous les deux commencé par travailler à la construction de la cuisine de l’école et du réfectoire, car les enfants sont nourris tous les jours, ainsi que de la maison du gardien.


Janvier-2010-256.jpgJanvier-2010-344.jpg














Janvier-2010-c-014.jpgJanvier-2010-c-015.jpg













 


Nous avons fait venir une entreprise pour creuser le puits. Ceci a pu se faire grâce au don de € 5'000.- reçu par Mme Stellin de l’association italienne Erika que je remercie encore une fois.

 

Janvier-2010-556.jpgJanvier-2010-554.jpg


















J’espère que tout sera fonctionnel pour la prochaine rentrée scolaire en septembre. Michael est sur place pour y veiller.

 

   Janvier-2010-b-305.jpg



Reta s’est ensuite occupée de l’école enfantine et de la formation des maîtresses en leur proposant des jeux ludiques pour enseigner notamment les couleurs et les chiffres.


Avec un jeune couple franco-danois passant par-là ils ont décorés le préau de lettres et de chiffres.  





A ce jour plus de 160 petites filles échappent à l'excision grâce à notre programme et à votre soutien. Nous vous en remercions vivement, Michèle, Michael et le team MEA.  


                                  Dernier jour 046 (7)

 
 

 

 

 

 












Repost 0
Published by Michèle - dans Excision
commenter cet article
27 novembre 2009 5 27 /11 /novembre /2009 12:32

Masanga est un village au centre de la Sierra Leone, pays de l'Afrique de l'Ouest, situé entre le Liberia et la Guinée Conakry. On y compte environ 6'000'000 d'habitants.


La capitale est Freetown.












Masanga est au nord est de Magburaka, sur la rivière Pampana, dans le district de Tonkolili.




Il faut 5 à 6 heures de route pour rejoindre Masanga en passant par Makeni et Magburaka, la dernière ville. Après plus de 10 ans de guerre atroce le pays est calme et reprend vie petit à petit. Il reste quelques postes de contrôles, afin d'assurer la sécurité.

 

Les derniers 17 kilomètres, au sud-ouest de Magburaka, se font sur une piste en terre. Quelques vieux véhicules transportent les villageois  entassés parmi leurs marchandises. Souvent les élèves de l'école secondaire font le chemin à pieds faute de transport ou d'argent. Il nous est arrivé de faire le trajet de nuit à trois sur une petite moto qui slalomait entre les trous.

 

Après des kilomètres dans la poussière rougeâtre des maisons apparaissent. Tout d'abord sur notre gauche, l'école musulmane et puis un peu plus loin sur la droite, l'école chrétienne.  Depuis là, des maisons en terre borde la route. Des sentiers partent de la rue principale pour rejoindre d'autres habitations.

La route se termine au bout du village devant un portail s'ouvrant sur un énorme parc. C'est à l'intérieur de celui-ci qu'avait été construit l'ancien hôpital des lépreux. Ce dernier, qui donnait une vie sociale au villageois, a été détruit et saccagé pendant la guerre.  

Les villageois ont ainsi perdu leur gagne pain et la possibilité de se faire soigner. Le seuil de pauvreté s'est rabaissé au plus bas et la lèpre a refait surface.

Harald Pfeiffer, un ancien physiothérapeute remarquablement dévoué, à construit  grâce à des dons un nouvel hôpital à Makeni. Depuis qu'il est en fonction son directeur accepte de recevoir nos enfants parrainés malades et nous payons la facture lors de notre passage annuel. Un grand soulagement pour nous tous. Son site: www.ssldf.com                                

Un chirurgien danois cherche également de l'argent afin de reconstruire l'hôpital de Masanga. Il a déjà mis en fonction un dispenssaire pour les premiers soins. Quel soulagement pour tous ces gens!

Son site: www.masanga.dk

Repost 0
Published by Michèle
commenter cet article
10 novembre 2009 2 10 /11 /novembre /2009 11:20

 

Début novembre 09, me voici de retour de Masanga, encore une fois pleine d’énergie grâce au succès de mon programme contre l’excision.

J’ai toujours de la peine à croire qu’il fonctionne si vite et si bien. A ce jour, ce sont 157 petites filles qui suivent l’école au lieu d’être excisées ! Neuf villages nous ont rejoints. 

 

A propos de l’excision :

Ya Sampa, la grande cheffe des exciseuses de la région est complètement de notre côté. En janvier, elle va faire sa cérémonie pour sortir définitivement de sa condition de « sawer » exciseuse.

C’est maintenant elle qui recrute les filles et les surveille. Génial !

Elle parle avec les autres exciseuses des villages avoisinants afin que celles-ci  fassent de même. « Il faut arrêter ça. L’éducation est ce qu’il y a de plus important !»

L’une d’entre elle, à Mabereh, a dit vouloir également « se laver les mains », terme employé pour dire qu’elle veut faire la cérémonie  pour arrêter de pratiquer l’excision. Elle va également contrôler que les conditions de notre programme soient respectées.

 

Lors de notre visite dans le village de Mathora, nous avons rencontré une des grandes exciseuses de ce secteur. Chaque secteur a ses cheffes et ses pratiques et elles sont respectées. Ya Sampa lui a expliqué notre programme et lui a demandé son appui afin qu’elle surveille les filles de son village qui y participent. Elle a tout de suite été d’accord et nous a proposé une petite fille. Nous la prendrons sans doute l’année prochaine si tout se passe bien.

 

 

A propos de mon initiation :

Une autre grande nouvelle, c’est ma future initiation chez les femmes Bondos. ET OUI ! Elles m’acceptent parmi elles, sans me faire exciser. En fait, pour être Bondos, il y a deux passages, le premier que nous ferons et qui consiste à passer au moins 10 jours et 10 nuits en brousse à chanter, danser et …je verrai bien quoi d’autre….

Le deuxième passage est celui lors duquel se pratique l’excision et que nous ne ferons pas, bien entendu.

 

Je retourne donc faire ça en janvier ou février et je prends avec moi les 157 petites filles inscrites dans notre programme. Nous serons ainsi toutes Bondos et pas excisées, donc mieux acceptées par les autres femmes.

Ya Sampa a annoncé ça en chantant dans chaque village visité ; les femmes ont été ravies et ont applaudi.

 

Je leur ai toujours répété que je n’étais pas contre les femmes Bondos, que j’aimais ces femmes, mais que l’excision me faisait mal.

 

 


 

A propos de l’école enfantine et de la maison d’hôte:        

Cette année, c’est Brigitte, une marraine qui s’implique de plus en plus, qui m’a accompagnée. Sa présence fut un délice. Voici un résumé de ce séjour.


 

Malgré le travail intense, ce fut bien plus facile que les autres années, et les conditions d’habitation y sont pour quelque chose. En effet, Michael a construit, en plus de l’école, un pavillon pour nous loger, une maison d’hôte. C’est simple mais très fonctionnel et lorsque nous aurons construit le puits, nous pourrons même avoir une douche ! En attendant, le système du seau et du petit pot fonctionne très bien et remplace la douche.





Ca vous semblera de peu d’importance, mais pouvoir se faire de temps en temps une tasse de thé, un spaghetti ou un porridge pour changer des plats de riz quotidien, ça fait un bien fou à la santé et au moral ! Michael nous a aussi mis à disposition une voiture qu’il a envoyée par bateau, ce qui nous a permis de nous déplacer dans les écoles secondaires et les villages avoisinants le jour voulu. Avant, il fallait prévoir une journée en espérant trouver un véhicule libre pour nous conduire à nos destinations. Parfois, nous perdions notre journée à attendre et devions reporter notre programme au lendemain. 

J’espère trouver une jeep au plus vite, car les routes, surtout lors de la saison des pluies, ne sont souvent praticables qu’en 4x4. Pour preuve, le chauffeur qui est venu nous chercher à l’aéroport s’est ensablé.

 

Donc, l’école enfantine est terminée. Il reste quelques modifications à faire, mais elle est vraiment super.

 

Nous avons reçu chaque élève avec Ya Sampa. Elle les a toutes contrôlées physiquement, pour voir si les familles ne les ont pas excisées derrière notre dos. Elle a fait ça dans une des classes, par terre sur une natte, après que nous ayons pris les filles en photos et contrôlé les informations à notre disposition. A mon grand soulagement, elles sont toutes intactes.

 

Brigitte a passé toutes les matinées en classe et a laissé des commentaires et des conseils. Nous avons organisé la rentrée des 48 élèves, 24 par classe. Dans chacune, il y a 2 maîtresses, une déjà formée par nos soins et une autre en formation.










·       
Balays, la maîtresse responsable qui travaille avec nous depuis le début, s’en sort assez bien et prend son travail à cœur. Elle s’occupe, avec Abibatu, des plus petits en classe B.














·       
Fatmata, avec nous depuis 18 mois, a un peu plus de peine. Elle se partage, avec Elisabeth, la classe A. Ce sont pratiquement tous des enfants qui font leur deuxième année chez nous. 

Les quatre enseignantes se débrouillent, mais il y a beaucoup de choses à mettre en place et à corriger. Il est nécessaire de trouver des personnes bénévoles et passionnées, spécialisées dans ce genre de classe, qui iraient sur place 6 à 9 mois par année.



 

Brigitte partie au bout d’un mois, c’est moi qui ai pris la relève. J’ai institué le Qi Qong, au lieu de l’appel du matin qui ne sert à rien, et les enfants adorent. On a même chanté le mantra « OM » et profité de l’occasion pour enseigner ces deux lettres. Les enfants en redemandent.

Nous avons laissé assez d’instructions et de matériel à utiliser jusqu’à la fin décembre. J’ai donné des devoirs pour janvier. Je vais faire passer un test à chaque maîtresse et leur donnerai un certificat selon ce qu’elles ont retenus. Elles ont besoin d’être stimulées si nous voulons que notre école soit profitable aux enfants.


A propos de l’école primaire et secondaire:

 

A côté de tout ça, il y avait la rentrée des élèves, qui après l’école enfantine sont  passés dans les écoles primaires de Masanga, de Matam, de Rogbeshe, de Mathora et de Rowalla, villages du district, sans compter les élèves du premier programme qui sont en secondaire et en école technique. Tout ça fait un total de 225 élèves.  

Ils ont tous reçu le matériel nécessaire et j’ai été payer l’écolage et l’internat dans toutes les écoles. Les directeurs et les comptables me connaissent bien maintenant et c’est plus agréable et rapide.

 

Les élèves de Masanga et des villages avoisinants passent 1,2 ou 3 ans dans notre école enfantine, puis rejoignent, pour un cursus de 6 ans, les écoles publiques du village, ayant le choix entre l’école chrétienne SDA et l’école musulmane SLMB. Ils restent sous notre contrôle et nous continuons de les suivre régulièrement.

Après ça, ils passent en internat à l’école secondaire, celle de Mathora pour les filles et celle de Magburaka pour les garçons.

 

Les élèves qui vivent trop loin sont inscrits dans le programme, mais ne suivent pas notre école enfantine et commencent  directement l’école primaire dans leur village. Leur système est fait de telle sorte qu’ils ont 3 niveaux en première année, ce qui remplace une école enfantine, mais ils n’ont malheureusement pas du tout le même système pédagogique que nous.

 

 

 

 

 

. 

Les côtés moins agréables et parfois décourageants :

 

Deux petites filles sont hors du programme car une partie de la famille veut qu’elles soient initiées (=excisées). 

J’ai viré trois grands élèves. Un qui a redoublé et a volé des livres mis à disposition des élèves en seniors. Un autre, à qui je payais l’école technique et qui s’était arrangé avec le comptable et allait à l’école secondaire d’à côté. Il m’a juré que c’était son frère qui lui ressemblait énormément mais…c’est mal me connaître. J’ai trouvé l’école, la classe et son nom sur le registre.

Et un autre à qui j’ai payé un an à l’école secondaire et qui n’y est allé que quelques mois.

 

En conclusion :

J’ai décidé de me focaliser maintenant sur le programme contre l’excision et, sauf exception de parents en grandes difficultés économiques, je ne prends plus d’autres élèves.

 

Beaucoup de petites filles peuvent encore être sauvées. Ne me manquent que les moyens financiers. Je fais encore une fois appel à vous. Merci d’en parler à votre entourage, à vos amis, dans les stages ou dans les conférences.     


 
 

Merci à vous tous de faire partie de ce programme qui me tient à cœur, Michèle

 

PS: Voir sur la rubrique "petites filles à parrainer" pour trouver peut-être celle qui vous fait craquer.  

 

 


















 


Repost 0
Published by Michèle - dans Voyages
commenter cet article
27 août 2009 4 27 /08 /août /2009 19:39
Et oui nous vous ne rêvez pas, c'est bien Ya Sampa, la femme la plus respectée des environs, chef des "Bondos woman" (en bleu)  qui vient proposer 2 petites jumelles dans notre programme. Elle ne veut pas qu'elles soient excisées.


Le succès de notre initiative continue!

Je pars le 11 septembre à Masanga pour 2 mois. Je vais organiser la rentrée scolaire dans la nouvelle école que Michael vient de terminer. Deux classes recevront chacune 24 élèves. 

Notre coordinatrice a une liste d'attente de plus de 20 élèves. Elle doit aller visiter un autre village ces prochains jours.

Alors si vous aussi vous êtes passionés par cette lutte joingnez-vous à nous.

Avec le coeur, Michèle



Repost 0
Published by Michèle - dans Excision
commenter cet article
8 avril 2009 3 08 /04 /avril /2009 14:37







Michael est de retour. Il a travaillé sana arrêt pendant 3 mois afin que l'école puisse être fonctionelle au mois de septembre 2009.
Il a réussi à faire un double toit qui permet à la chaleur de s'évacuer. Une première dans le pays. C'est un plein succès!








L'école comprends 2 grandes classes pouvant accueillir chacune 24 élèves, un bureau et un économat.
Les classes sont séparées par un préau pour les jeux extérieurs en cas de pluie.

Nous cherchons des fonds pour faire l'aménagement intérieur et l'achat du matériel éducatif (jeux, crayons de couleur, peinture, légo, etc...)

Nous cherchons également des bénévoles désirant se rendre dans le pays afin de superviser le travail des enseignantes et de former des profs pour les premières années primaires de l'école du village. 
Toutes vos idées sont les bienvenues.  








Repost 0
Published by Michèle - dans Ecole enfantine
commenter cet article
5 janvier 2009 1 05 /01 /janvier /2009 14:11

LE   DESSIN























































LE DECOUPAGE



































LE COLLAGE





























LES JEUX








































 





















































Je ressens beaucoup d'émotion en posant ces photos. Des activités d'une classe normale chez nous mais exceptionnelle pour Masanga. Ils n'ont jamais eu de tels jeux. A chaque voyage nous en apportant un maximum.
Une maîtresse de Genève à la retraite nous en a donné une bonne partie. Nous la remercions.

Repost 0
Published by Michèle - dans Ecole enfantine
commenter cet article
3 janvier 2009 6 03 /01 /janvier /2009 15:15

Chaque voyage est différent et le programme contre l’excision remporte de plus en plus de succès.

L’évolution du pays, se réveillant gentiment de la guerre, se fait ressentir non seulement matériellement mais également dans les mœurs. Les moyens de communication aidant les gens commencent à s’ouvrir. On parle même d’excision, sujet interdit  il y a à peine quelques mois.

Un homme âgé m’a approché un jour lorsqu’il n’y avait personne dans les environs. Il m’a dit que mon programme était bien et qu’il n’avait pas permis de faire exciser ses filles.

 

Le nouveau gouvernement semble faire du bon travail. En tout cas niveau propreté ça a bien changé. Les rues sont presque propres et il y a une amende de Le 100'000 pour qui se fait prendre à pisser dans la rue. Un mois de salaire pour beaucoup. Il paraît qu’il est même interdit de téléphoner au volant, ce qui pour l’Afrique semble incroyable.

Les chinois refont certaines routes et des piliers électriques jalonnent les campagnes, sans être encore en fonction. Se sont les italiens qui plus au nord, construisent une digue.

On trouve plus de magasins. On a même découvert des cuisinières à gaz avec four, des petits générateurs, des bouilloires, des ordinateurs et des écrans de TV plats.

Ce contraste avec la « pauvreté » des campagnes est toujours surprenant. Je mets pauvreté entre guimets car, selon Michael, est pauvre celui qui est handicapé ou malade et n’a pas la possibilité de trouver de quoi manger.


 

Mais je reviens à mon voyage. Je suis partie avec Gudrun et des kilos de bagages, spécialement des jeux éducatifs pour l’école enfantine. Nous nous sommes présentées au check-in confiantes et  prêtes à payer le surplus de bagages, même si très cher.  L’hôtesse à dit que c’était beaucoup mais elle a compris notre intérêt et a fermé un œil sur les 15 kg d’excédent. OUF ! Premier pas positif.

 

Nous avions décidé de passer quelques jours à Freetown, la capitale, pour rencontrer des associations pouvant éventuellement nous aider dans notre lutte contre l’excision.

Notre premier rendez-vous, fixé d’avance, à l’UNICEF c’est révélé très décevant. D’abord les personnes contactées nous avaient complètement oubliées, ce qui nous a tout de même étonnées. Ensuite j’ai cru comprendre qu’elles ne croient pas en notre programme et en la parole des exciseuses.

L’UNICEF milite fortement contre la mutilation et là… ils ne peuvent pas nous aider. Incroyable ! Nous espérons que leur bureau pour l’éducation soit plus généreux. Nous devons leur envoyer une liste de matériel scolaire avec ce dont nous avons besoin.

 

Notre deuxième rendez-vous c’est beaucoup mieux passé. Les femmes de l’UNIFEM sont très sensibles au problème. Elle trouve notre programme très intéressant et nous demande notre budget qui sera envoyé à leur directeur de Dakar. Un peu d’espoir à l’horizon.

 

Lorsque je suis à Masanga je me réveille souvent très tôt le matin et je médite. C’est souvent dans ces moments que j’ai mes meilleures intuitions. En voici un exemple :

Nous avons l’habitude de raisonner avec notre mentalité et notre culture mais je pense que qu’il serait plus subtil de nous mettre dans la culture des autochtones.

Tous le monde se pose la question de quoi vont vivre les exciseuses auxquelles on enlèvera leur gagne pain. Je dis : Erreur !  Faux soucis qui ne nous regardent pas. Le but premier est de faire arrêter la mutilation des petites filles. Pourquoi, avant d’avoir essayé, on y met déjà des barrières ?

Après avoir visité plusieurs villages dans les alentours de Masanga j’ai vu des femmes applaudissant notre programme. Des mères ayant envie d’éduquer leur fille et non de les exciser. Si la majorité des femmes refusent de continuer cette pratique, les exciseuses accepteront leur choix et je pense qu’elles sauront très bien se débrouiller pour subvenir autrement à leurs besoins. 

Aujourd’hui les femmes commencent à avoir le courage de s’exprimer, de s’affirmer devant les vieilles et de refuser de couper leur fille. Les vieilles, dont certaines sont très intelligentes et même sages, commencent également à se rendre compte que l’excision n’apporte rien.

 

Et puis, pour faire vivre un programme du genre, il faut y croire pleinement, aller de l’avant confiant, en suivant son intuition. Seulement ainsi il est possible d’obtenir un résultat positif rapide. C’est ma propre expérience.

 

Un jour nous sommes passées à l’école de Rowalla ou nous y avons une élève. La responsable est une femme. Nous lui avons expliqué les conditions d’admission dans notre programme. Elle a tout de suite dit que par là toutes les femmes excisaient leurs filles mais qu’elle était contre. Sa petite fille n’étant pas excisée nous l’avons acceptée dans le programme.

En partant nous lui avons proposé d’en parler autour d’elle et que si des femmes sont intéressées de nous suivre elles pouvaient nous contacter.

Quelques jours plus tard un groupe d’une douzaine de femmes avec leurs gosses se sont présentées à Masanga après une longue marche de plus de 2h sous le soleil.  Je n’y croyais pas !

Deux jours après, à 8h du matin, un autre groupe aussi important, était devant la porte de notre coordinatrice. Dans l’impossibilité de gérer la situation nous leurs avons dit que nous allions venir faire une réunion à Mathora, leur village.

 








Le dimanche suivant nous parlions devant une centaine de personnes. Alice, notre coordinatrice, a bien expliqué et répété les conditions. Elle ajoute le fait qu’on doit laisser  à un être humain la possibilité de choisir pour sa propre vie. Que si une jeune femme de plus de 18 ans choisi de se faire exciser, ça ne nous regarde plus mais qu’avant cette âge ce n’est pas admissible. Elle ajoute que tous les gouvernements des pays de l’Afrique de l’Ouest vont condamner la pratique et que les personnes dérogeant la loi iront en prison pour 5 ans comme il est de rigueur actuellement au Nigeria.

Un homme âgé relève que plusieurs personnes sont déjà passées pour parler du sujet mais que personnes n’a jamais proposé de solution. Notre programme est le premier à offrir quelque chose de concret. Il ajoute que l’excision n’apporte rien mais que l’éducation beaucoup. Il en est heureux.

La grande chef de Mathora, femme de caractère qui ne me donne  pas trop envie de s’y frotter, a pris la parole pour nous féliciter. Elle tient le même discours que Ya Sampa : l’éducation avant tout.

Vu l’affluence des femmes qui se seraient bousculées pour ne pas perdre la possibilité d’inscrire leur fille nous avons reporté les nouvelles inscriptions pour le début décembre. La maîtresse prendra le nom et les coordonnées des intéressées et nous ferons un choix et établiront une liste d’attente.

L’avantage dans ce village c’est qu’ils ont déjà une école maternelle même si elle est à plusieurs kilomètres. Nous ne devons pas nous préoccuper de la construction. Elle appartient à l’église Free Gospel. Nous y rencontrons un pasteur qui donne les cours qui n’ont rien à voir avec notre système d’enseignement. Il dit ne pas être payé et pense que nous allons tout prendre en charge, les locaux, les enfants et les profs. Son comportement ne nous donne pas confiance. Appât du gain derrière sans doute.

 

Chaque jour je fais un tour dans le village. Je m’arrête ici et là pour dire deux mots, pour serrer quelques mains, ou de m’asseoir avec une ou deux femmes. L’autre jour, en revenant du chantier je me suis retrouvée avec Ya sampa et d’autres vieilles. J’avais un chemisier usé et assez transparent et on devait deviner mes seins. J’ai compris qu’elles en parlaient et disaient « fino » qui veut dire beau. Elles avaient envie de les voir alors j’ai remonté ma blouse jusqu’au cou. Elles les ont admirés et on a bien rit…

J’aime ce contact simple avec ces femmes, les prendre parfois dans mes bras en n’oubliant la sueur et les cicatrices durs et râpeuses de leurs mains, conséquence de la lèpre. 

Le physique se perd pour laisser place au cœur, à une rencontre plus subtile.




 

Le chef de section est venu à Masanga voulant que nous prenions aussi des petites filles de Rogbeshe, son village dans lequel nous n’avons encore aucune inscription.

Nous y passons un dimanche et le lendemain 10 mamans viennent inscrire leurs petites filles.




 





Gudrun qui part le 4 janvier ira visiter d’autres villages des environs avec Alice. Ya Sampa, la chef de Masanga, s’est proposé de les accompagner.

 







A ce jour nous avons touchés 7 villages et 120 petites filles sont inscrites et échapperont ainsi à l’excision.

 
Il ne nous reste qu’à trouver les fonds nécessaire pour assumer et ce n’est pas si facile. Tous vos dons et parrainages sont les bienvenus. Merci d’en parler autour de vous ou de nous donner des adresses et idées.

 

Merci à vous tous car seule je n’aurais jamais pu mettre ce programme sur pieds.


Le 3 janvier 2009, Michèle

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle - dans Voyages
commenter cet article
28 décembre 2008 7 28 /12 /décembre /2008 15:49



A
ma droite, serrée contre moi, Ya Sampa. C'est la chef des "bondos" de Masanga, la femme la plus influente du coin.

Je n'en dit pas plus sauf qu'elle s'est proposée de venir parler aux femmes dans d'autres villages. Elle est convaincue qu'aujourd'hui l'éducation est plus importante que l'excision.

C'est grâce à elle que nous avons pu ouvrir notre école.

J'ai rencontré une autre de ces femme très influente lors d'une réunion dans la village de Mathora. Une femme de caractère que je préfèrerais avoir comme amie. Elle a parlé brièvement dans sa langue sans trop s'occuper de moi. Résultat:  elle approuve le programme.

Une femme de Masanga, rencontrée sur un chemin m'a dit: "nous les femmes de Masanga on t'aime!"

Je ne mets pas en doute ce programme et la parole de ces femmes et je suis heureuse de travailler avec elles.



Repost 0
Published by Michèle - dans Excision
commenter cet article
24 septembre 2008 3 24 /09 /septembre /2008 20:35
SI VOUS AVEZ, VOUS AUSSI, ENVIE DE SAUVER DES PETITES FILLES DE CETTE MUTILATION OU SI VOUS AVEZ DES AMIS OU CONNAISSANCES SENSIBLES A CE SUJET, MERCI DE ME CONTACTER OU DE LES METTRE EN CONTACT AVEC MOI.

Comment faire : Il vous suffit de me contacter à l'adresse e-mail: cisse.moreau@hotmail.com et de me communiquer l'enfant qui vous fait tilt dans le coeur. Et si tous vous font tilt eh bien... je choisirai pour vous.

Vous pouvez aussi parrainer le programme ou les salaires des prof.

Encore merci pour tous ces petites filles. Elles ne doivent pas trop se rendre compte à quoi elles échappent aujourd'hui mais un jour elles vous seront peut-être reconnaissantes. 

Michèle 


Vous avez le choix de parrainer un enfant, de parrainer le programme, de faire un don ou de devenir membre de l'association.
A partir de 25 € ou 30 CHF par mois vous sauvez une fillette de la mutilation génitale.
  

Nos coordonnées bancaires:  

 

Versement en CHF:

 

Banque Raiffeisen du Haut Léman

Grand-Rue 10

CH-1896 Vouvry

Suisse

 

Code Banque : 80588

CP Banque : 19-2664-3

CH29 8058 8000 0070 5123 0

 

Titulaire du compte :

Association MEA

Impasse de la Vigne 3

1898 St-Gingolph

Suisse

    

Versement en EURO:

 

Banque Crédit Agricole des Savoies

Evian (00044)

 

Banque: 18106

Guichet: 00044

Numéro de compte: 96724820937

Clé: 14

 

IBAN: FR 76 1810 6000 4496 7248 2093 714

BIC: AGRIFRPP881

 

Titulaire: Association MEA Masanga Education Assistance

c/o Michèle Moreau

Impasse de la Vigne 3

CH-1898 St-Gingolph

Suisse 

 

 

Repost 0
7 juillet 2008 1 07 /07 /juillet /2008 12:34











       VIVA !








10 parrainages en une semaine!

Encore 10 petites filles qui échapperont à cette terrible mutilation traumatisante, destructrice autant émotionnellement que physiquement.

Mais tous ensemble nous pouvons faire encore mieux.  Que vous soyez prof. , secrétaire, informaticien, constructeur, électricien, photographe, écrivain, imprimeur ou bricoleur, que vous ayez envie de faire le voyage et l'expérience à Masanga ou tout simplement que vous ayez envie de vous joindre à nous avec vos propositions.  

Bienvenus!




Repost 0
Published by Michèle - dans Excision
commenter cet article

Présentation

  • : Excision
  • Excision
  • : EXCISION DES PETITES FILLES DE MASANGA Lors de mon dernier voyage à Masanga j'ai été confrontée à l'excision des petites filles. Elle se pratique généralement entre 3 et 5 ans. La période propice est de février à avril. Comment repartir en sachant
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Liens