Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 novembre 2010 6 13 /11 /novembre /2010 11:46

Automne 2010 à Masanga

 

Que d’émotions lors de ce dernier voyage ! Je suis partie avec Renata, une amie magnifique. Nous avons travaillé comme des dingues mais les résultats sont très positifs : 205 petites filles sauvées de l’excision !  

Notre arrivée a été très touchante. Beaucoup d’enfants du programme, surtout les petites filles, nous attendaient pour nous souhaiter la bienvenue en chantant et dansant. Il y a avait Ramatu Fornah, la marraine du programme, les quatre maîtresses et beaucoup plus de mamans que les autres années. J’attribue ça à ma condition de femme Bondos. Un long cortège nous a accompagné jusqu’à la maison.

J’ai ressenti de la tristesse en passant devant la maison du chef du village décédé la veille. J’aurais bien voulu lui serrer la main une dernière fois. C’était une belle personne. J’ai offert un gros sac de riz à la famille pour le repas funéraire et j’ai laissé couler mes larmes devant tous ces gens qui me souhaitaient la bienvenue en musique malgré leur chagrin. Du coup un des anciens du village m’a dit avoir vu quelque chose dans mes yeux ce qui me fait devenir une fille du village…

 

 Octobre-2010-378.jpg

 

 

 

 

Renata a travaillé tous les jours dans notre école enfantine qui comprend maintenant quatre classes de 16 élèves : 2 enfantines, 1 préparatoire et 1 première année primaire. Elle a intégré au système pédagogique le côté psychologique, la relation maîtresses-élèves, la tendresse, l’écoute, le respect de l’autre et la confiance en soi. Ce fut un vrai succès.

 

 

 

 

2010 0052J’ai organisé la rentrée scolaire de notre école puis celle des élèves fréquentant les deux écoles primaires de Masanga et des élèves allant dans les écoles secondaires et technique à l’extérieur. A ce jour nous avons 259 élèves dont 205 petites filles non excisées.  C’est un travail énorme sous haute surveillance  mais nous sommes certains que les filles ne sont pas excisées, que les élèves vont bien à l’école, et où va l’argent. Je distribue moi-même tout le matériel scolaire. Les enfants reçoivent aussi des chaussures.  Filles-Mapeythor--15--copie-1.jpg

 

  

 

 

 

 

 

 

 

 

Ya Ramatu Fornah, ex-exciseuse reconvertie, m’a demandé de contrôler physiquement toutes les filles. Il y a eu des cérémonies d’excision dans les environs et elle veut s’assurer qu’aucune fille ne soit passée par là. Elle a entendu qu’une des filles de Mathora aurait été excisée, la première de ce village à avoir été prise dans le programme. Nous sommes passées un jour dans son école et …j’en frissonne encore, rien qu’à voir le regard éteint de Rosalyne j’ai su que c’était fouttu. Ramatu-F-jpgComme convenu dans ce cas j’ai viré toutes les filles de ce village. J’en suis vraiment navrée mais si je ne tiens pas bon je ne serai plus crédible. Ya Ramatu est venu me demander de ne pas céder. Le chef de Mathora est venu s’excuser et me demander de revenir sur ma décision puis les mères ont suivi. Les femmes de Masanga ne les ont pas laissé venir jusque chez nous. Comme dans toute chose il y a le bon et le mauvais nous avons perdu quelques filles mais nous en avons trouvé d’autres dans les villages de Matam et de Malongba. De 9 villages nous sommes passées à 10. Ya Ramatu demande si elle peut prendre un autre village de sa section l’année prochaine. Je dis oui même deux. Elle répète dans tous les villages que l’éducation est la clé ! C’est nous qui décidons le nombre d’enfants que nous pouvons inscrire et c’est elle qui choisi. Elle donne la préférence aux filles ou petites filles des exciseuses et des chefs des villages.

Les choses ont bien changé depuis les débuts où nous allions timidement parler de notre programme dans les villages. Aujourd’hui se sont eux qui viennent s’informer et demander d’y participer.

 

Nous sommes allées visiter tous les villages participant à notre programme afin d’y rencontré les enfants et de répéter les conditions d’admission. Je donne le choix d'exciser ou pas mais si on rentre dans mon programme le règlement doit être respecté. L’expérience de Mathora renforce le sérieux du programme. Je me présente comme Chéma Ruko, femme Bondo et leur rappelle qu’il est important de ne pas perdre les traditions mais qu’il n’est pas nécessaire de couper les filles. Je parle de la « New Bondo Style » la cérémonie bondo sans excision que nous avons faites en février 2010 et de son importance.  Les-Femmes-de-MBM--1-.jpgComme il se dit qu’une femme non excisée n’est pas sérieuse j’ai ajouté que si les hommes traitaient bien leur femme et apprennent à bien leur faire l’amour avec respect et tendresse elles n’iront pas chercher ailleurs. Michael pourrait leur donner des cours-conseils en la matière... C’est très tabou de parler de tout ça mais je me permets de le faire avec beaucoup de naturel et ça passe très bien.

 

Ya Ramatu, ex-Ya Sampa, qui tient à son nom de naissance repris suite à une cérémonie lui retirant le droit d’exciser demande de faire d’autres cérémonies de ce genre chaque année afin que les mentalités changent. A ce propos j’ai appris qu’il y a des centaines d’année c’est une femme, Mamy Yoko,  qui a créé la "Bondo Society" dans le but d’apprendre aux jeunes filles à tenir un ménage, de s’occuper de leurs enfants, d’apprendre la médecine traditionnelle, les chants et les danses, etc.… elle n’a jamais demandé d’exciser les filles. Cette une pratique qui est venue par la suite et personne ne sait me dire comment et pourquoi.  Avec mon programme je reviens à la source et cette découverte est un atout qui va m’aider encore plus à argumenter contre l’excision. Tout est parfait !

 

Vu notre succès il est impératif de trouver des personnes bénévoles ayant envie de travailler avec nous sur place sinon je ne pourrai plus gérer. Il n’est pas question de prendre un coordinateur indigène car nous perdrions beaucoup d’argent. J’ai déjà tenté cette expérience sans succès. Donc si vous êtes touché par notre cause, que vous avez du temps, de la patience et envie d’aventure et d’expériences fortes vous êtes les bienvenus.

 

  

Nous avons également besoin d’une jeep tout terrain 4 X 4 pour la visite des villages. Si vous voyez une bonne occasion dans votre entourage merci de penser à nous.

 

Rowalla--7-.jpg

 

 

Merci de tout cœur à vous tous qui nous soutenez, Michèle  

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Michèle - dans Voyages
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Excision
  • Excision
  • : EXCISION DES PETITES FILLES DE MASANGA Lors de mon dernier voyage à Masanga j'ai été confrontée à l'excision des petites filles. Elle se pratique généralement entre 3 et 5 ans. La période propice est de février à avril. Comment repartir en sachant
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Liens