Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 mars 2011 5 04 /03 /mars /2011 11:10

Le jour de l'inscription des filles à cette 2ème cérémonie des femmes Bondos, Ya Ramatu Fornah est très fière d'être la première femme en Sierra Leone à s'être reconvertie. En tant que marraine de notre programme elle se sent encore plus respectée que lorsqu'elle était exciseuse. Elle contrôle toutes les filles régulièrment et vérifie que les conditions d'admission à notre programme soient respectées.

 

Eleves-de-Rogbeshe.jpg

  

Je n’avais pas vraiment prévu de retourner à Masanga ce début d’année mais j’ai senti que c’était important d’être présente à cette 2ème cérémonie Bondos SANS l’excision. Les femmes ont dansé lorsqu’elles ont su que j’arrivais.

 

Purification-002.jpg

 

 

 

   

Cette fois-ci y ont participé 61 petites filles venant non seulement de Masanga mais aussi des villages de Rowalla, Rogbeshe, Mapeythor, Matam, Mabereh, Malongba, Rogbomline, Mabuninah et Makarr.

 

 

 

 

 

 

Tout le monde a pris confiance dans ce type de cérémonie SANS la pratique de l'excision.  Ainsi les enfants et les mères étaient plus confiantes, étaient plus détendues et se sont bien amusées. Une chose incroyable, aucune sowé (exciseuse) et mère n’avait apporté une baguette pour frapper les filles et ceci sans que je le demande. On commence à bien me connaître et j’en suis ravie.

Vu les problèmes de l’année dernière pour loger tout ce monde la nuit (nous avions fait dormir les filles dans notre école)  nous avons loué une maison à un villageois. 

 

 

 

Purification-090.jpg

 

 

 

Je suis allée chaque jour trouver tout ce monde pour participer à leurs rituels de purifications à base d’herbes médicinales et autre ainsi qu’à de nouveaux chants et danses qui parlent de la vie de la femme, de son corps, de sa relation avec les hommes et de la famille.

Même si tout se fait en temene, la langue de la région, et que je n’y comprends pas grand chose c’était très puissant er émouvant. Il y a beaucoup de joie et de complicités entre ces femmes lorsqu’elles sont loin des hommes et je m’y sens particulièrement bien. Je dois même dire que je me sens bien mieux sans eux et que je les côtoie le moins possible.

 

 

 Purification-145.jpg

 

 

 

 

 

Mon plus grand moment d’émotion à été le premier jour, lorsque j’ai vu toutes ces petites filles dans la brousse, assises bien alignées, enduites de craie blanche.  J’ai réalisé que  normalement elles devraient être toutes coupées et que là RIEN, elles sont toutes intactes. J’avais les larmes qui coulaient toute seules.  

 

 

 

    Bondo 2011 161

 

 

 

Nous avons eu la visite de beaucoup d’exciseuses car plusieurs d’entre elles ont inscrites leurs filles dans le programme afin de les scolariser au lieu de les exciser. J’ai été très étonnée au départ mais elles respectent bien les conditions. Elles savent bien que les filles peuvent être contrôlées à tout moment. Comme elles sont influentes et respectées dans leur village de plus en plus de mères vont les suivre.

 

 

   

Notre programme fonctionne super bien et pourtant dans le pays aucune organisation n’y croit. 

Nous avons eu la visite de Marie Kamara, une femme magnifique qui a travaillé durant de longues années à l’OMS. A sa retraite elle est retournée au pays. Comme toute les femmes de son pays elle a été excisée très jeune et, faisant ainsi partie de la Bondo Society, elle a pu participer à notre cérémonie. Elle pourra ainsi témoigner que c’est bien vrai, que ça marche.

 

Bondo-2011-131.jpg

 

La directrice d’une petite organisation à Freetown est également venue se joindre à nous. Elle est repartie avec beaucoup de photos et de films.

Elle voudrait collaborer avec nous mais je trouve son mode d’agir auprès des femmes trop agressif. Je réussi en respectant ces femmes, en allant tout en douceur, en proposant et non en jugeant et en condamnant leur pratique. Je ne voudrais pas que tout le travail de patience soit saboté.

 

Bondo-2011-174.jpg

 

Sept exciseuses de trois autres villages sont venus trouver la marraine de notre programme, Ramatu Fornah (ex-exciseuse) en lui demandant d’accepter leurs filles dans le programme. Ce qui est encore plus intéressant c’est que se sont justement ces mêmes exciseuses qui ont beaucoup critiqué le programme à son commencement et qui étaient venues demander d’arrêter immédiatement ! Quel progrès dans les mentalités !

 

 

 

Bondo 2011 099

 

 

 

 

 

 

 

A ce jour nous avons 205 petites filles dans notre programme et nous en auront sans doute 250 en septembre prochain. Voir 300 si nous recevons suffisament d'aide.

 

 

 

 

Comme il nous est impossible de scolariser toutes les filles de Sierra Leone, j’ai pensé sponsoriser des cérémonies sans l’excision dans plusieurs villages près de la capitale. C’est tout un programme parallèle à explorer. J’en ai parlé avec plusieurs femmes dont une exciseuse et à premier abord elles semblent très intéressées.

Pour les convaincre c’est simple, je leur propose encore un choix.

Soit elles continuent à exciser et lorsque la loi contre les FGM (excisions) passera elles perdront leur tradition, leur statut, leur gagne pain et risqueront la prison.

L’autre option est de faire des cérémonies bondos comme je les propose, en gardant tous les rituels et en enlevant juste l’excision. Elles garderont ainsi leur tradition qui est très belle, leur statut, leur gagne-pain, les filles ne seront plus excisées et les sowés ne seront pas hors-la-loi.  

 

Bondo-2011-003.jpg     

Nous cherchons toujours des volontaires pour venir sur le terrain et pourquoi pas, pour les dames, de rentrer comme moi dans la "Secret Bondos Society" ... c'est une expérience formidable, intense, pleine d'émotion vous mettant en face de la force féminine.  

 

 

 

 

  





 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Michèle - dans Voyages
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Excision
  • Excision
  • : EXCISION DES PETITES FILLES DE MASANGA Lors de mon dernier voyage à Masanga j'ai été confrontée à l'excision des petites filles. Elle se pratique généralement entre 3 et 5 ans. La période propice est de février à avril. Comment repartir en sachant
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Liens